mardi 20 janvier 2015

Expresséchos et Morales élémentaires


Forme inventée en l’Hôtel Hèle à Bruxelles le 1er novembre 2014, L’EXPRESSÉCHO
est une fable express rimée dont on redoublera la dernière syllabe.
Exemple :

Hugo pleure Léopoldine
Un raz au mouchoir dégouline
Grêles de désespoir et rage
Obligeront à l’essorage
Victor tord


*

Expresséchos de Macha Hrdy :

Près des logements domestiques
Soubassements non pas en briques
Ils sont profonds les caniveaux
Qu’Épicure cure


Dans le salon des invités
Les verres à pied
Les verres sans pied
Les colonnes en bronze coulé
Les tables aux nappes toutes froissées
Anselme les aime


En la maison Hèle,
Corsetée va allez ris !
Enlève ton chapeau !
Dégrafe ton corsage !
Margot go !


*

Expresséchos de Robert Rapilly :

Granger colore
Granger nuance
Granger imprègne
Martin teint


Un chien qui fait dodo
sans soif ne rêve d’eau
mais combien de dodos
fit-il en quête d’os
Médor dort


Mon cœur d’elle ne se délivre
tant que le tienne tel un livre
Amélie lit

Bords de maritime écurie
Tour et Taxis temps de furie
départ du service postal
le facteur harnache un cheval
Bruxelles selle

* *

Bruxelles le 1er novembre 2014 à la Maison de la Francité / Atelier de Robert Rapilly
MORALES ÉLÉMENTAIRES SYNESTHÉTIQUES


Morale élémentaire de Minou Poznantek :


Pierre battante sgraffite sauvage carillon froid
porte feutrée

Verrière déguisée cage palpable transparence ondulante
porte pulsée

Charnière sèche sol crissant pieds cuivrés
porte battante

Il est entré, il
Peine à respirer
S’accroche aux lambris
brandit un bigorne
brise les châssis
et meurt sous les coups
des vitres furies

Sgraffites repus pierre somnolente carillon muet
Corps abandonné


* *


Morale élémentaire de Robert Rapilly :


ceinture enfumée blason sucré botanique soyeuse
balustre muet

carillon opaque corsetterie fragrante laiton médical
lumière belge

lys riche mosaïque tonitruante marbre volé
putti volants

certes la lumière
suppose l’ombre
quant à l’alternance
faites passer les plats
chacun son tour
céleste la vie
puis l’entresol

cahier amer glands trois étoiles trois
esclaves trop

Bruxelles le 2 novembre 2014 autour du Musée Érasme
HAÏKUS




Haïkus de Minou Poznantek :

Envolée de feuilles
Le vent paré de couleurs
Je pressens l’hiver

Chaussures rangées
Le feu réchauffe le froid
La neige est là, prie !

Clocher dans le ciel
Cerfs-volants de papier gras
en automne

La faim nous harcelle
Tombées du ciel les châtaignes
Fringale d’automne

Erasme à l’automne
Un jardin philosophique
Textes censurés



Haïkus de Chantal Danjon :

Ô jardin d’Érasme
Voir les plantes infirmières
À toutes saisons.

Ô jardin philo
Toi qui guéris tous les mots
Soleil au tonneau !

Ô beau béguinage
Sœurs noires votre maisonnée
Spéculos doré.



Haïkus de Jean-Michel Pochet :

Parce que nous sommes
Au seuil de l’automne
Et Maurice au Carême

Désiré Carême
Ici Jésus ne crie plus
Maurice Érasme



Haïkus de Robert Rapilly :

Au jardin d’Érasme
coccinelle sur la sauge
printemps en novembre

Cloître des béguines
un machaon de Toussaint
butine Anderlecht

Le parquet ciré
réfléchit son et lumière
pas ensoleillés

Vieil homme accroupi
descendit-il du plafond
écrire un haïku

Haïku collectif :

Ferme entraperçue
en bas coule une rivière
les premiers bourgeons





Oulipœlerin
(dizain acrostiche à l’Abbé Swalus)

Abbé l’on gardait foi célibataire
Bénissait autrui louangeait le ciel…
Boire un vin lascif faire bonne chère
Était-ce en carême un péché mortel ?

Salut pardonné d’entre guerre et foudres
Wallonie et Flandre après tant de coups
Assemblent ici la grotte de Lourdes
La Vierge Marie archétype femme
Unifie autour d’elle mille époux
Saints comme suppôts c’est la même flamme
RR

Aucun commentaire:

Publier un commentaire