vendredi 7 novembre 2014

Textée



Textée


Vendredi 31 octobre 2014 avec M. Granger à l’Espérance



Imbécile

Hier déjà, je battais démesure en mon écorce écarlates et mes ventricules affolés qui grondent métronomiquement ; cadences grommelantes de carnivores cafards, leurs façons attendrissantes de déchiqueter en poudre vos scarabées plutoniens. De cette damnée planète où à travers de sombres années-lumière, des entités vous ont capté et à l’instant vous décentrent et vous targètent. Quand aux confins du gouffre de Behemoth, et tant d’inhabituelles fréquences émises de votre part ; de l’autopsie on retiendra vos inflammations arachnéennes et du duel un score lorgnant vers le triple zéro ; jamais votre bouche - volcan ou ziggourat, qui érupta de toute sa kaki vilénie, puis ce gout douçâtre à en avoir haut le cœur, parfums de vos infirmités sur nos langues ; vos chers saltos mécaniques ne révèlent que votre conduite répulsive - votre détestation d’autrui en crescendo, damné vous cadenassez vos herses décomposées ; dégoulinades acides et serpillères au crépuscule des satellites de Pluton ; votre défaite cramoisie aussi exsangue que vos troupeaux d’humanité égarée me transperçant de leurs yeux cloués.

Camille Philibert


Blanc

Je me demande si sa peau recèle la même saveur de foin que sa colère rentrée
Que deviendrait cette peau assaillie de fourmis à mille pattes ?
Hier le lit m’a fui, la lampe aussi, mais le Littré je ne sais
J’assiste au colloque des Epeires rances au palais des Cronopes, une sorte de Gaypride universelle, c’est fameux
De l’EPO au vélo, il n’y a qu’un tour de roue pour atteindre le ciel sur les pavés de Bruxelles
Horta relèvera le défi des Bozar à l’horizon des cèdres séculaires sans verrière
Sans oreilles au cœur je sens qu’il court à sa ruine
Il tapait sur sa Remington sans rémission ; je voyais ses doigts zigzaguer comme pour échapper au feu qui le rongeait
Il sentait le fauve dans sa vieille pelisse à cette heure tardive
Peau et colère m’échappaient tandis que je tentais de leur décrire à leurs oreilles décollées.

Marie Wallet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire